Retour vers la page Accueil
Les avions à aile gouttière de Willard Custer
Page précédente
Page suivante
II. Né d'une tornade
Translate : in English in Spanish in German Création/Mise jour : 25/04/2005
Un projet de Custer
I. Introduction IX. A partir d'un brigadier
II. Né d'une tornade X. Des batons dans les roues
III. Un garagiste visionnaire XI. Découvertes
IV. Voler, sans les ailes XII. L'aile gouttière n'a pas de passé mais elle a un avenir
V. Entrée en scène des militaires XIII. Annexes
VI. Coup de pouce d'un magazine populaire  
VII. Cage à poule volante  
VIII. Le nouvel eldorado civil  

 

Un appareil de Willard Custer

 

L'histoire commence par une banale nuit d'orage de 1925, aux Etats-Unis, en plein Maryland. Un mécanicien auto d'origine fort modeste (son père est le maréchal ferrant du village), pris dans la tourmente, se réfugie dans une grange, croyant y être à l'abri. En quelques secondes, le toit de la grange fermée de toutes parts s'envole, sans que les murs ne bougent plus que cela, sans que le vent ne se soit engouffré à l'intérieur. Les tempêtes ou tornades de ce type sont fréquentes et dévastatrices aux USA.

Le 18 mars 1925, par exemple, "l'orage du siècle" s'abat dans l'Illinois, faisant 606 victimes et détruit pour 16,5 millions de dollars de biens, la petite ville de Murphysboro comptant 234 morts à elle seule, La ville voisine de Desoto est, elle, complètement rasée.

La ville ravagée

Notre bonhomme, lui, est sauf, mais trempé et... intrigué. Il rentre chez lui avec une question qui le taraude : comment donc ce toit a-t-il pu s'envoler aussi vite, avec dehors simplement des rafales de vent... horizontales, sans aucun phénomène ascensionnel visible ?

Notre homme, plutôt prosaïque n'a de cesse, dans les jours qui suivent, d'essayer de recréer scientifiquement l'événement. Pour ce faire, il dispose dans son atelier d'un petit moteur d'avion Herkimer qu'il boulonne sur une planche carrée qu'il entoure de deux pans de "murs", à savoir une grange ouverte... sans toit. A peine le moteur démarré, l'air aspiré entre les deux parois crée une telle dépression que les carreaux de l'atelier cassent l'un après l'autre et les murs de bois vibrent étrangement. Les deux parois finissant par être elle aussi "aspirées" et s'effondrent sur le moteur.

Notre mécanicien judicieux vient de constater l'effet Bernouilli (découvert en 1738 !), à savoir la création d'une importante dépression à l'aide d'une hélice située dans un... tunnel rudimentaire (ou Venturi). Au lieu de chercher à fabriquer une simple poussée, pour faire voler les avions il vaut peut être mieux créer une dépression supplémentaire au-dessus de leur aile, ce dit alors notre bonhomme, passionné d'aviation et plutôt étonné par sa propre découverte.

A partir de là, notre bricoleur de génie comprend vite que s'il peu réaliser un berceau solide, le moteur lui-même pourrait s'élever avec la dépression créée. Le principe est trouvé. C'est celui de "l'aile gouttière" ("Tunnel" ou "Channel Wing"). Trouvé et aussitôt breveté (quatre années plus tard exactement, en 1929), juste après la réalisation d'une maquette volante prouvant le principe.

Le tournevis !

L'idée est simplissime. On verra dans les années cinquante notre inventeur expliquer devant les photographes sa découverte avec un procédé simple : en soufflant l'extrémité arrondie d'un simple tournevis avec un jet d'air comprimé, le tournevis s'échappe de la main et lévite en l'air... preuve de la portance créée par la seule forme arrondie du manche... Notre homme, pédagogue, cherche à convaincre en employant des procédés simples. Ce n'est pas un ingénieur aéronautique, et il le sait bien. En réalité, toute sa vie on lui fera amèrement sentir.

 

Sources :

Auteur de ce dossier : Didier Vasselle
Ressources online :

Custer Channelwing
The Official Custer channel Wing Website

Page précédente

Les avions à aile gouttière de Willard Custer

Page suivante