Retour vers la page Accueil
Les avions à aile gouttière de Willard Custer
Page précédente
Page suivante
I. Introduction
Translate : in English in Spanish in German Création/Mise jour : 25/04/2005
Willard Custer devant le CCW5
I. Introduction IX. A partir d'un brigadier
II. Né d'une tornade X. Des batons dans les roues
III. Un garagiste visionnaire XI. Découvertes
IV. Voler, sans les ailes XII. L'aile gouttière n'a pas de passé mais elle a un avenir
V. Entrée en scène des militaires XIII. Annexes
VI. Coup de pouce d'un magazine populaire  
VII. Cage à poule volante  
VIII. Le nouvel eldorado civil  

 

Un appareil de Willard Custer

 

L'histoire de l'aviation regorge d'échecs patents. Ou de projets enthousiasmants jamais réalisés, pour des raisons souvent d'ordre technique ou politique. Mais certaines annulations de projets échappent parfois à tout entendement. D'autres abandons, enfin, ont une explication, le plus souvent peu reluisante.

Avec Willard Custer, et sa découverte surprenante, on entre en effet dans cette dernière catégorie : celle du mépris des autorités et des responsables de l'aéronautique pour un individu curieux et autodidacte qui n'avait qu'un seul reproche à se faire, celui de n'être pour eux qu'un vulgaire représentant automobile... passionné d'aviation...

Si on l'avait écouté, on aurait fabriqué des avions à décollage court, voire à décollage vertical, bien avant les hélicoptères de Sikorsky, de Piasecki ou de Hiller, surgis pendant et au sortir de la seconde guerre mondiale.

Des firmes d'hélicoptères aux politiques de vente agressives, et principales responsables de l’insuccès de Willard Custer et de son avion miracle. Elles présenteront toutes en effet au même moment une voilure tournante surnommée rapidement "l'appareil à tout faire" dans toute la presse, face à un avion doté de fonctions STOL assez évoluées.

L'hélico à tout faire

Ces firmes, c'est simple, souhaitaient carrément un hélicoptère dans chaque garage, à côté de la voiture familiale, et des magazines comme Popular Mechanics les relayaient sans vergogne.

Hélico dans Mécanique populaire

La guerre finie, l'aviation d'affaires est alors en effet à peine naissante, et l'Amérique des magazines est aussi celle des "fermiers volants" qui se déplacent en monoplan ou arrosent leurs cultures d'insecticides avec des biplans Boeing Stearman PT 17 Kaydet (le sommet du genre étant aujourd'hui "l'Air Tractor"). Un marché florissant existe qui ne demande qu'à être défriché, ce qui attise toutes les convoitises... et toutes les vilenies commerciales.

Air tractor sur champ

Sources :

Auteur de ce dossier : Didier Vasselle
Ressources online :

Custer Channelwing
The Official Custer channel Wing Website

Page précédente

Les avions à aile gouttière de Willard Custer

Page suivante