Retour vers la page Accueil
Les avions-fusée Russes
Page précédente
Page suivante
VIII. Les Tsybin LL
Translate : in English in Spanish in German Création/Mise jour : 10/01/2005
I. Origine VIII. Les Tsybin LL
II. Les moteurs-fusée russes IX. Le Mikoyan I-270
III. Le Korolev RP-318 X. Le Moskalyov RM-1
IV. Le Kostikov 302 XI. Le Bereznyiak 346
V. Le Bereznyak-Isayev BI XII. Le Bisnovat 5
VI. Le Polikarpov Malyutka XIII. ANNEXE : tableaux
VII. Le Florov 4302

 

Le LL-1

 

 

En septembre 1945, le LII-MAP (institut de recherche de recherche en vol) demanda à l’OKB-256 de Tsybin d'étudier des ailes appropriées pour le vol à nombres de Mach élevés (si possible, jusqu'à Mach 1). En 1946, de nombreux modèles furent étudiés en soufflerie au TsAGI. En parallèle, une équipe de l'OKB dirigé par V Beresnev développait un nouveau fuselage et deux nouvelles ailes, l’une en flèche classique et l’autre en flèche inversée. L’OKB-256 construisit ensuite deux prototypes équipés de l’aile inversée pour les essais en vol.

Le TS-1 également appelé LL-1 (laboratoire de vol n°1) était construit presque entièrement en bois. L'aile originale avait deux longerons, une épaisseur relative de 5%, un dièdre de 0° et une incidence de +2°. Elle avait des ailerons et des volets conventionnels actionnés par un système pneumatique avec réservoir d’air comprimé.

Le propulseur, installé dans la partie arrière du fuselage, était un moteur-fusée à carburant solide PRD-1500 développée par Kartukov, donnant 1500 kg de poussée pendant huit à dix secondes. Les surface de contrôle de vol étaient actionnés manuellement et avaient des masselottes d’équilibrage.

Le TS-1 réalisa 30 vols à partir de la mi-1947 aux mains du pilote Ivanov du NII-VVS, puis de Amet Khan Sultan, S N Anokhin et N S Rybko. Pour la plupart des essais, l'avion était remorqué par un Tu-2. Le pilote du LL-1 larguait le câble à 5000 à 7000 mètres d’altitude, puis plongeait à 45°-60° pour prendre le plus de vitesse possible et enfin allumait le moteur-fusée. Les atterrissages étaient faits sur des skis.

Le LL-1 à aile droite

 

Le LL-1

 

 

Pendant l’hiver 1947-48 le deuxième TS-1 fut équipé de l'aile en flèche classique pour devenir le LL-3. Celui-ci était équipé d'une aile métallique avec une flèche de 30° et un important dièdre de 12°. L’empennage avait une flèche de 40°. Pour ajuster les centres de portance et de gravité des réservoirs d'eau furent installés dans le nez et la queue.

Celui-ci réalisa plus de 100 vols, pendant lesquels une vitesse de 1200 km/h et Mach 0,97 furent atteintes, sans problèmes particuliers et en rapportant beaucoup de données utiles.

Lors des premiers vols un ballast d'eau était emporté pour simuler l’instrumentation. Ce ballast était largué avant l’atterrissage. Divers types d'instruments de mesure furent emportés et parfois une aile était photographiée avec des brins de laine pour visualiser l’écoulement. Des décollages furent réalisés à partir d'un chariot largable à deux roues et une petite roulette de queue, un système visiblement inspiré de celui du Me-163.

L'aile en flèche classique fut montée ultérieurement sur le LL-1 pour créer le LL-2, mais celui-ci ne vola jamais. Le bureau d’étude Tsybin développa ensuite pendant les années cinquante une série d’avions de reconnaissance puis une petite navette spatiale, le PKA. L’OKB de Tsybin fut ensuite rattaché à l’OKB de Myasishchev en 1959 puis à l’OKB-1 de Korolev ou il travailla sur les vaisseaux Vostok et Soyouz puis sur la navette spatiale Buran jusqu’à sa mort en 1992.

Le LL-2 à voilure inversée

Sources :

1) Soviet X-Plane de Y. Gordon et B. Gunston
2) L'astronautique soviétique de C.Lardier
3) Fana de l'aviation n° 355, article de K.Y. Kosminkov
The Hellmuth Walter Website
346
DFS-346
DFS 346 Mistel
Samolet 346

Page précédente

Les avions-fusée russes

Page suivante