Retour vers la page Accueil
Les avions-fusée Russes
Page précédente
Page suivante
III. Le Korolev RP-318
Translate : in English in Spanish in German Création/Mise jour : 10/01/2005
I. Origine VIII. Les Tsybin LL
II. Les moteurs-fusée russes IX. Le Mikoyan I-270
III. Le Korolev RP-318 X. Le Moskalyov RM-1
IV. Le Kostikov 302 XI. Le Bereznyiak 346
V. Le Bereznyak-Isayev BI XII. Le Bisnovat 5
VI. Le Polikarpov Malyutka XIII. ANNEXE : tableaux
VII. Le Florov 4302

 

 

 

En 1934, après les travaux sur les RP-1 et RP-2, Korolev avait développé le RP-218, un avion-fusée biplace pour la recherche en haute altitude possédant une carlingue pressurisée et un train d'atterrissage principal fixe. Les moteurs devaient être trois RD-1, dérivés de l'ORM-65. Dans une version améliorée, la structure était affinée et le train d'atterrissage devenait escamotable.

Korolev RP-218

Le RP-218 n'a jamais été construit, en partie parce que Korolev fut assigné au développement du Bitch-11. En 1935, il construisit le planeur biplace SK-9 et le proposa comme banc d'essai pour moteur-fusée. Cependant, c’est le constructeur Alexei Cherbakov qui se chargera de la transformation du SK-9. Ce constructeur s’était distingué en construisant des planeurs équipés de cabine pressurisée pour le vol stratosphérique. Un de ses planeurs vola ainsi jusqu’à 12000 mètres d’altitude.

En 1936, Cherbakov et A.V.Pallo commencèrent à convertir ce planeur SK-9, construit essentiellement en bois, comme banc d'essai en vol pour l'ORM-65 conçu par V.P. Glouchko et Leonid Stepanovich Dushkin.

Le siège arrière du SK-9 était remplacé par un réservoir cylindrique en alliage D1 contenant 10 kg de kérosène. Immédiatement derrière, il y avait deux réservoirs en acier inoxydable pour 20 kg d'acide nitrique fumant. Le planeur avait une masse au décollage de 660 kg, une envergure de 17 mètres et une longueur de 7,44 mètres.

Le Korolev RP-318-1

 

 

 

Le moteur-fusée et son système d'alimentation par gaz pressurisé (une bouteille d’azote gonflé à 130 kg/m2) étaient installés dans la partie arrière du fuselage, la tuyère étant sous le gouvernail de direction légèrement modifié.

L’ORM-65 avait été testé de nombreuses fois au banc d’essai et neuf fois en vol avec le missile ailé RP-212 de Korolev. Cependant, l’ORM-65 était acceptable comme moteur de missile mais pas pour un avion piloté. Il ne pouvait être éteint ou rallumé en vol et dégageait une chaleur incompatible avec la cellule d’un appareil destiné à être réutilisé de nombreuse fois.

Aménagement du RP-318

L'ORM-65 fut alors remplacé par le Dushkin RDA-1-150, une version du premier conçu spécifiquement pour équiper un avion piloté. Ce moteur était plus léger de 2 kg, avait un système de refroidissement amélioré et des injecteurs de carburant redessiné et en plus grand nombre. Le RDA-1-150 était surtout équipé d’un système de démarrage à poudre utilisable en vol. Ce moteur fut testé plus de 100 fois au sol, dont 16 fois installé dans l’appareil, avant le début des essais en vol. La poussée était de 70 à 140 kg au niveau de la mer.

 

 

 

Le 3 octobre 1939, Cherbakov fait une demande au commissaire au peuple pour l’industrie aéronautique pour tester en vol le RP-318-1 avec le moteur-fusée. Après avoir reçu l’autorisation, le programme d’essai en vol débuta par quatre vols planés début février 1940. Pour le premier vol plané, les réservoirs étaient vides puis ils furent progressivement remplis lors des vols suivants.

Enfin, le 28 février 1940, le RP-318-1 fut remorqué une nouvelle fois par un R-5 piloté par N.D. Fikson, avec Cherbakov et Pallo comme observateurs. Après 30 minutes de remorquage, le RP-318-1 fut libéré à 2800 mètres puis plongea jusqu’à 2600 mètres où le pilote Vladimir Pavlovich Fedorov mit en marche le moteur-fusée. Le RP-318-1 accéléra de 80 à 140 km/h en 5 secondes puis grimpa jusqu’à 2900 mètres, au moment de l'arrêt du moteur après 110 secondes de fonctionnement. Après quoi, le RP-318-1 et Fedorov se posèrent sans problème sur la piste prévue.

RP-318

A l’issue de ce vol historique, Shavrov déclara : "Ce vol était d’une grande importance pour les moteurs-fusée de la Russie". En effet, le RP-318-1 sera le deuxième avion-fusée à voler précédé, seulement neuf mois auparavant, par le Heinkel He-176 allemand (premier vol le 20 juin 1939). Les 10 et 19 mars suivant, le RP-318 vola à nouveau sous la poussée de son moteur-fusée et sans incident notable. Le RP-318 devait ensuite voler avec un moteur RDA-1-300 de 300 kg de poussée mais ce projet fut annulé peu après.

 

Sources :

1) Soviet X-Plane de Y. Gordon et B. Gunston
2) L'astronautique soviétique de C.Lardier
3) Fana de l'aviation n° 355, article de K.Y. Kosminkov
The Hellmuth Walter Website
346
DFS-346
DFS 346 Mistel
Samolet 346

Page précédente

Les avions-fusée russes

Page suivante