Retour vers la page Accueil
Les avions-fusée Russes
Page précédente
Page suivante
II. Les moteurs-fusée russes
Translate : in English in Spanish in German Création/Mise jour : 10/01/2005
I. Origine VIII. Les Tsybin LL
II. Les moteurs-fusée russes IX. Le Mikoyan I-270
III. Le Korolev RP-318 X. Le Moskalyov RM-1
IV. Le Kostikov 302 XI. Le Bereznyiak 346
V. Le Bereznyak-Isayev BI XII. Le Bisnovat 5
VI. Le Polikarpov Malyutka XIII. ANNEXE : tableaux
VII. Le Florov 4302

 

ORM-65

 

 

En effet, en 1931, un ingénieur du laboratoire de dynamique des gaz (GDL) de Leningrad avait construit son premier moteur-fusée à carburants liquides. Ainsi apparut le nom de Valentin P. Glouchko, le deuxième principal artisan de la conquête spatiale puisque celui-ci concevra une grande partie des moteurs-fusées des années à venir. En 1931, le GDL créa une section spéciale pour les moteurs-fusée et Glouchko en prit la tête la même année. Celui-ci testa rapidement l’ORM-1, un moteur de 20 kg de poussée.

l'ORM-1 de Glouchko

Parallèlement, Tsander poursuivait les études sur le moteur-fusée OR-2. Celui-ci fonctionnait avec l’essence et l’oxygène liquide comme combustibles et devait fournir une poussée de 50 kg pendant 30 secondes. La pression dans la chambre devait être de l’ordre de 8 atmosphères avec un refroidissement par eau tandis que la tuyère était refroidis par oxygène gazeux. Les premiers tests de ce moteur seront des échecs, que Tsander ne verra pas puisqu’il décède le 28 mars 1933.

L'OR-2 de Tsander

Après modification, ce moteur sera testé sur la fusée GIRD-10 en novembre 1933. Cependant les fusées GIRD-05, 07 et 09 de Tikhonravov, directeur de la section n°2 du GIRD auront plus de succès. La GIRD-05 utilisait un moteur ORM-50 de Glouchko. Celui-ci avait une poussée de 150 kg et utilisait le couple acide nitrique/kérosène comme combustibles. Il sera utilisé à cinq reprises sur la fusée GIRD-05.

ORM-50

Cependant, le premier tir réussi d’une fusée à carburant liquide sera réalisé avec la GIRD-09 le 17 août 1933 à Nakhabino. Par contre, les planeurs-fusée RP-1 et 2 ne voleront jamais mais Korolev testera en vol avec un relatif succès les missiles ailés GIRD-06, RP-212 et RP-216 en 1935 et 1936.

Un moteur RD-1 de Glouchko

 

ORM-65

 

 

En 1933, les autorités russes avaient fusionné la section du GDL de Glouchko et le GIRD pour créer un institut de la réaction, le RNII, sous la haute autorité « morale » de Tsiolkovski. Le directeur était I.T. Kleimenov et son adjoint Korolev. Celui-ci dirigeait également le secteur des moteurs à carburants liquides avec comme adjoint M.Tikhonravov pour l’oxygène liquide et V.P.Glouchko pour l’acide nitrique.

Ce dernier continua le travail sur ses moteurs et après la série des ORM-1 à 52 qui lui servirent à la mise au point de toute la technologie de base des moteurs-fusée, chambre de combustion, tuyère, refroidissement, couple d’ergol, il réalisa le meilleur moteur-fusée de l’époque, l’ORM-65.

ORM-52

Avec ce moteur, les Russes purent sérieusement envisager la propulsion d’avion par moteur-fusée. En effet, avec ce type de moteur, un avion pouvait bénéficier d’une poussée importante dans une large plage de vitesses et d’altitudes, ce que les autres moteurs de l’époque étaient incapables de fournir. Evidement, les inconvénients majeurs des moteurs-fusée, une consommation extrêmement élevée et une durée d’utilisation très courte les limitaient à l’équipement d’avions purement expérimentaux ou d’intercepteurs type Me-163.

Le premier vol d’un avion-fusée russe s’effectua le 28 février 1940 avec le RP-318-1, en fait un planeur SK-9 modifié par S. Korolev et équipé d’un moteur-fusée conçu par LS. Dushkin et A.V.Pallo à partir du modèle ORM-65 de V.R Gloushko.

Moteur Dushkin RDA-1-150 du RP-318

De 1942 à 1945, les chasseurs expérimentaux « BI » dessinés par A.Y. Bereznyak et A. M. Isayev furent testés. Entre 1943 et 1947, les prototypes 302 de Kostikov, 4302 de Florov, I-270 de Mikoyan, LL de Tsybin avaient été construits, et testés en vol pour certain, tandis que d’autres projets étaient en phase d’étude comme le Polikarpov Malyutka, le Bartini 114 ou le Moskalyov RM-1.

Les plus rapides des « Skyrocket » russes furent les Bisnovat 5 et le 346, d’origine allemande conçu par G. Rossing, un ingénieur du DFS. Ce furent les derniers avions-fusée russes, ce type d’avion ne fut plus guère envisagé par les Russes contrairement aux Américains (XF-91, X-2, X-15), aux britanniques (SR-53) ou aux Français (Trident).

Sources :

1) Soviet X-Plane de Y. Gordon et B. Gunston
2) L'astronautique soviétique de C.Lardier
3) Fana de l'aviation n° 355, article de K.Y. Kosminkov
The Hellmuth Walter Website
346
DFS-346
DFS 346 Mistel
Samolet 346

Page précédente

Les avions-fusée russes

Page suivante