Retour vers la page Accueil
Les bombardiers à réaction d'Arado
Page précédente
Page suivante
IX. Les bombardiers stratégiques à réaction
Translate : in English in Spanish in German Création/Mise à jour : 24/04/2003
I. Origine
II. Les premiers Ar-234
III. Les Arado 234 à train tricycle
IV. Les Arado 234 quadriréacteurs
V. Les Ar-234 de reconnaissance
VI. Les Ar-234 de bombardement
VII. Les Ar-234 de chasse de nuit
VIII. Les dérivés de l'Arado 234
IX. Les bombardiers stratégiques à réaction
X. Le bombardier stratégique Arado E 555-1
XI. Les autres Arado de la série E 555
XII. Le missile Arado E 377

 

Messerschmitt P.1107

 

A l’automne 1944, le Reichsmarschall Göring ordonna à Junkers, Arado et Messerschmitt de concevoir et produire des bombardiers à très longue portée capables d’emporter une charge de 4000 kilogrammes de bombe à une vitesse élevée.

L'objectif était de pouvoir attaquer des convois maritimes éloignés et des cibles stratégiques aux Etats-Unis et en Union Soviétique. En novembre 1944, Messerschmitt avait déjà soumis au RLM un projet pour un bombardier quadriréacteur désigné P 1107.

Le P.1107 avait des ailes en flèche sous lesquelles les quatre moteurs étaient montés par paires dans des nacelles. L’appareil était également équipé d’un des premiers empennages en T pour dégager ces surfaces du souffle des turboréacteurs.

Messerschmitt P.1107-1

 

Arado Ar-234

(Image : Gino Marcomini luft'46)

 

En parallèle au développement du P.1107, les ingénieurs de Messerschmitt travaillaient également sur des projets de bombardier de formule aile volante sous les désignations P.1108/1 et P.1108/2. Selon les calculs, ces différents bombardiers étaient capables de transporter la charge exigée sur des distances de 7800 kilomètres avec une vitesse de l’ordre de 900 km/h. Cette distance était portée à 9600 kilomètres pour les versions de reconnaissance stratégique.

Messerschmitt P.1108/2

Pendant ce temps, Junkers améliorait son bombardier à aile inversé, le Ju-287, en incorporant un nouveau fuselage et en utilisant des moteurs plus puissants. Ce bombardier devait entrer en service opérationnel le plus vite possible. Bien que cette nouvelle configuration avait des avantages en termes d'aérodynamique et de construction, les problèmes de stabilité et de résistance étaient considérables.

Messerschmitt P.1107-2

 

Junkers EF-130

 

En collaboration avec l'institut de recherche sur le vol à voile allemand (DFS), Junkers développait également une aile volante de bombardement à quatre réacteurs désignée EF 130 Cet appareil avait une vitesse de 950 km/h et un rayon d’action de 4000 kilomètres.

Au début de décembre 1944, Oberst Siegfried Knemeyer, qui était responsable du développement des nouveaux avions au ministère de l’air, visitait l’usine d'Oranienburg des frères Horten. Le but de la visite était l’examen de l’aile volante Horten Ho-VII. Fasciné par les réalisations des frères Horten et notamment par l'aile volante à réaction Ho IX, Knemeyer était convaincu que l’aile volante était la configuration idéale pour un bombardier à long rayon d’action.

Horten Ho-XVIII

Les frères Horten, encouragé par le soutien de Knemeyer lancèrent un projet de bombardier sous la désignation Ho-XVIII B-2. Cette aile volante avait une envergure de 42.80 mètres, une longueur de 19 mètres et une hauteur de 5.75 mètres. Le Ho-XVIII B-2 était propulsé par six turboréacteurs Junkers Jumo 109-004H de 1200 kgp chacun. Le Ho XVIII B-2 devait atteindre une vitesse de 990 km/h, un plafond de 16000 mètres. Le rayon d’action serait de 9000 kilomètres, grimpant jusqu'à 12000 kilomètres avec l'utilisation de réservoirs auxiliaires de carburant.

Horten hoXVIIIb-1

 

Messerschmitt P.1108

 

En janvier 1945, le RLM examina les propositions de bombardier soumises par les constructeurs. Les experts du RLM notifièrent dans leur rapport que les Messerschmitt P.1107/1 et /2 offraient les vitesses les plus élevées. Mais en matière de rayon d’action, les propositions de Messerschmitt et Junkers étaient nettement inférieures aux projets de Horten. En plus de leur construction simple, l'utilisation d'acier tubulaire et de bois dans la fabrication des ailes volantes de Horten fut un facteur décisif pour que cette firme soit sélectionnée pour ce programme de bombardier.

En dépit des dommages de plus en plus graves infligés par les bombardements Alliés, le bureau d’étude de Messerschmitt proposa une nouvelle variante du P.1107, le P.1108 qui était une aile volante. A la fin mars 1945, Junkers et Messerschmitt durent cesser tout travail de développement sur les projets de bombardier à longue portée par ordre du RLM. Seul les frères Horten continuèrent le travail sur le Ho-XVIII B-2 sur instructions personnelles de Göring.

Certains rapports non confirmés du RLM suggèrent que la production du Ho XVIII B-2 ait été lancée le 1er avril (!?) 1945 à l'usine souterraine de Kahia en Thuringe mais aujourd’hui il ne subsiste rien de ce prototype s’il a bien existé.

Sources :

Arado 234, juillet - août 1944
The Arado Ar-234
Ar 234 Blitz Luftwaffe's Nightingale
Arado Ar 234 Blitz
Arado Ar 234 'Blitz'
Arado Ar 234B/C Blitz (Lightning)
WWII German Aircraft Photos - Arado 234
Arado Ar TEW 16/43-19
Arado Ar E.377
Arado Ar E.555 series
luftarchiv.de

Page précédente

Les bombardiers à réaction d'Arado

Page suivante