Page précédente
Page suivante
PLAN
II. Les premières études
ACCUEIL
Translate : in English in Spanish in German
2-4 Le North American ESO-7487

 

 

Storms et Evans s'appuyèrent constamment sur l'étude du NACA pour élaborer leur projet "ESO-7487". De fait, les similitudes étaient nombreuses entre l'avant-projet soumis par North American et le véhicule projeté par le groupe Becker. Il s'agissait, dans les deux cas, d'un avion monoplace d'allure assez conventionnelle, avec des ailes à faible allongement implantées à mi-hauteur du fuselage, de copieuses dérives verticales à section fortement triangulaire, et des empennages horizontaux montés avec un important dièdre négatif.

Le North american ESO-7487

Les dimensions et les principales caractéristiques aérodynamiques étaient également voisines. Enfin, la ressemblance la plus évidente—qui devait être déterminante dans l'issue de la compétition— restait bien sûr l'emploi de l’inconel X comme matériau de base pour la cellule.

Toutefois, l'étude menée par l'industriel d'inglewood incorporait aussi plusieurs solutions originales. En premier lieu, les ailerons étaient éliminés. Cela simplifiait la construction et éliminait surtout un problème thermique important. En effet, sur une voilure de faible épaisseur relative (5 %), l'implantation d'ailerons ne pourrait se faire qu'avec dés articulations protubérantes, lesquelles constitueraient des points chauds à grande vitesse. En guise d'ailerons, Storms et Evans, inspirés peut-être par le SO-9000 "Trident" de Sud-Aviation, retenaient l'emploi d'une "roiling tail" (queue gauchissante) où les gouvernes de profondeur, monobloc, assureraient à la fois le contrôle en tangage et en roulis (par action différentielle).

Détail de la structure

 

 

La deuxième originalité du projet était l'adjonction de tunnels longitudinaux, carénés de part et d'autre du fuselage tubulaire, à mi-hauteur, pour permettre le passage des commandes de vol, des commandes moteur et de toute la tuyauterie associée à la propulsion. Une telle disposition aurait pour avantage principal de libérer complètement le fuselage proprement dit pour des réservoirs structuraux de propergols, oxygène liquide (comburant) et ammoniaque (combustible).

L'habitacle était occupé par un siège éjectable, une planche de bord et deux consoles latérales, avec à droite un mini manche pour le contrôle sous fort facteur de charge et à gauche une autre commande associée au pilotage du véhicule sur trajectoire balistique (des fusées réparties en bouts d'aile et dans le nez). Un manche classique devait servir au cours de l'approche finale et de l'atterrissage. Le train principal était constitué de deux patins escamotables sous le fuselage.

PLAN
Page suivante
II. Les premières études
Page suivante
ACCUEIL