Retour vers la page Accueil
Le Martin B-61 Matador
Page précédente
Page suivante
V. Le TM-76 Mace
Translate : in English in Spanish in German Création/Mise à jour : 01/10/2003
I. Origine
II. Le B-61 au Cap Canaveral
III. Description du B-61
IV. Le B-61 en service
V. Le TM-76 Mace
VI. Le TM-76B/MACE B

 

Récupération d'un TM-76 par parachute

(crédit des photos de ce dossier : USAF museum, Martin, USAF)

 

Entre temps, Martin avait fourni le millième Matador vers la mi-1957, puis en 1959, les Matador TM-61A ont commencé à être retiré du service en faveur d'une version plus avancée, le TM-61B. En développement depuis 1954, le TM-61B était un missile sensiblement amélioré dont la principale nouveauté était l’installation d’un nouveau système de guidage. Goodyear Aircraft Corporation avait développé le système ATRAN (Automatic Terrain Recognition And Navigation) dans lequel l’image radar était comparé à des "cartes" radar du terrain. Si le missile déviait de sa route, l’ATRAN corrigeait la trajectoire du missile.

La Goodyear Aircraft Corporation avait commencé des essais en laboratoire en mars 1948, puis des essais en vol en octobre de cette année. Au début, Martin montrait peu d'intérêt pour ce nouveau système de guidage, mais les problèmes avec celui du Matador rendaient nécessaire des améliorations dans ce domaine.

Un TM-76 B

En août 1952, l’Air Materiel Command demande des essais d’installation de l’ATRAN dans le Matador suivis par un contrat de production en juin 1954. L’ATRAN n'était pas limité par la portée des radars ou des radios comme les systèmes précédents, mais par la disponibilité des " cartes " radar du terrain ennemi. L’obtention de ces " cartes " radar était évidemment difficile à obtenir avant l’arrivée des satellites de reconnaissance radar. De plus, l’ATRAN exigeait que le missile vole à basse altitude, ce qui limitait la portée.

La parenté du MACE avec le Matador était bien visible avec son aile en flèche, sa queue en T et sa propulsion par turboréacteur. Le MACE avait cependant un plus long fuselage, des ailes plus courtes et était plus lourd que le Matador (longueur : 13,5 mètres, envergure : 6,98 mètres). Le MACE était lancé avec un booster de 45350 kg de poussés et était propulsé en croisière par un turboréacteur Allison J-33-A-41 de 2360 kgp.

Tir d'un TM-76

Il avait une portée accrue et était équipé d'une ogive thermonucléaire W-28-0 (une variante de l’ogive W-28 du North American Hound Dog) de 1.1 mégatonne. Il vola pour la première fois en 1956, atteignait Mach 0,85 avec une portée de 870 kilomètres à basse altitude (235 mètres) et de 2050 kilomètres à haute altitude.

Tir d'un prototype de TM-76 Mace

 

 

Pour favoriser la mobilité du missile, Martin avait conçu des ailes repliables (rappelons que les ailes du Matador étaient transportées séparément et fixées sur le fuselage au moment du lancement). En raison de ces différences substantielles de configuration et de capacité, l'USAF renomma le missile TM-76. Mais ces améliorations n’étaient pas bon marché : le TM-76 coûtait environ $250.000 de l’époque, contre environ $60.000 pour le TM-61.

Cependant, le développement du TM-61B/TM-76 prenait plus de temps que prévu, aussi l'US Air Force demanda le développement d’un TM-61 d'intérim en 1954. C'était fondamentalement un TM-61A équipé du système de guidage Shanicle. Avec le nouveau système, la portée pouvait être étendu jusqu’aux limites en carburant du missile, soit environ 1000 kilomètres. Le TM-61 est devenu opérationnel en 1957 et a bientôt remplacé tout les TM-61A.

Tir d'un TM-76

Au cap Canaveral, le TM-76 était lancé d'un blockhaus appelé site ZEL (ZEro Length). L’origine du concept ZEL remonte aux années 50, quand la principale menace (le développement des ICBM commença vers 1957, voir histoire du Convair X-11) était les bombardiers pilotés. Les avions de chasse, malgré la nécessité de longues pistes pour le décollage, étaient la meilleure réponse à cette menace.

Si des bombardiers ennemis traversaient les défenses des USA, ils pouvaient éliminer ces pistes et les chasseurs. En outre, les forces alliées en Allemagne avaient besoin de la capacité de lancer des chasseurs de terrains non préparés mais, dans les années 50, les avions à décollage vertical étaient encore loin du service opérationnel.

F-100 d'essai du concept ZEL

 

 

En réponse, les USA ont commencé à développer le concept de décollage ZEL, c’est à dire le décollage " sur place " d’un chasseur classique. Après des essais non pilotés, l'US Air Force réalise son premier décollage ZEL réussi avec un F-84 lancé d'une rampe mobile à Edwards AFB en 1953. Les lanceurs mobiles étaient stratégiques parce qu'ils pouvaient être déplacés et étaient donc difficilement détectables par l’ennemi. De plus, l’USAF avait commandé l’étude d’abris durcis pour les lanceurs ZEL.

Le premier abri anti-atomique ZEL fut construit à Holloman AFB. Cette installation de lancement, le Bâtiment 1442, était construit pour résister à la surpression résultant d'une explosion atomique et protégerait le chasseur en attendant son tir pour affronter la vague suivante de bombardiers ennemis. Le ZEL inclinait le chasseur vers le haut avec un angle de 15 degrés et la poussée d'un booster fixé sous le fuselage de l'avion, combiné avec la poussée du réacteur, propulsait l'avion pour un décollage instantané.

En août 1959, un chasseur F-100 équipé avec un booster à combustible solide d'une poussée de 59 tonnes est lancé du bâtiment 1442. La combinaison de la poussée du booster et du réacteur propulsait le F-100 à une vitesse de 480 km/h et à une altitude de 100 mètres en six secondes.

Le programme ZEL a continué ainsi que des lancements de F-104 par la Luftwaffe en Allemagne. Les chasseurs ZEL ne sont cependant jamais entrée en service aux Etats-Unis. Le besoin de tels lanceurs est devenu désuet avec le développement des bombardiers intercontinentaux, des ICBM et des sous-marins nucléaires lance-missiles. Le ZEL fut finalement utilisé principalement pour tester le missile MACE, bien que le missile Matador et le drone BQM-34A Firebee aient été également lancés du site.

Sources :

The Martin Matador and Mace Missiles
History of the Matador and Mace Tactical Missiles
Martin Matador
Martin Mace
Martin SSM-A-1/B-61/TM-61/MGM-1 Matador
Martin TM-76/MGM-13/CGM-13 Mace
TAC MISSILEERS
The 38th Tactical Missile Wing


Page précédente

Le Martin B-61 Matador

Page suivante